Le bébé tombé du train ou quand l’amour d’une mère est plus fort que tout

23 Jan

à partir de 8 ans

écrit par Jo Hoestland, illustré par Andrée Prigent.

A sa lecture, on se demande si cet ouvrage est un livre pour enfant ou bien une fable pour adultes. Une chose est certaine: ce court roman illustré est assez remarquable pour avoir été sélectionné pour le prix Tam-Tam 2012 (Prix des lecteurs de J’aime Lire).

Anatole est un vieux monsieur qui vit seul dans sa petite maison sans chercher le contact de personne. Un jour, il trouve dans son jardin un bébé. Le vieux monsieur voit l’étoile qui brille dans le regard du tout petit bébé et voilà son coeur épris d’un amour sans limite.

Dès les premières lignes, le lecteur adulte sentira qu’un secret est à déceler, qu’un texte si épuré et naïf cache forcement quelque chose. Les clés arrivent rapidement et les illustrations très stylisées d’Andrée Prigent viennent confirmer le doute. Car oui, Anatole est un Juste sans le savoir. Ce bébé tombé du train n’est pas tombé de n’importe quel train.

File dans ton livre! a appris l’existence de l’horreur des « trains » et des camps de la mort avec Un sac de billes de Joseph Joffo, un récit biographique raconté de manière très réaliste et factuelle à la première personne.

Ici tout est suggéré. Le texte évoque ces trains qui passent derrière la maison d’Anatole et les rails figurent dans la plupart des illustrations. L’arrivée des gendarmes qui veulent savoir qui est ce bébé commencent à inquiéter le lecteur. Et puis on sort du microcosme de la maison, du vieux monsieur et du bébé pour voir un peu plus loin: le vieux monsieur commence à s’ouvrir au monde pour éduquer cet enfant et les illustrations ne montrent plus que le jardin et la maison. On comprend mieux en voyant les barbelés, les avions et cette femme qui marche le long des voies ferrées, le crâne rasé et la marque d’une étoile déchirée sur sa veste.

Vous trouverez ici quelques pages du livre. Les dernières pages très poignantes ne sont pas dévoilées ici:

Le format est très bien pensé: texte court (42 pages), format mi-poche mi-magazine (22 x 16,5 cm), papier épais crème, illustration à chaque double page. Il y a dans cet ouvrage une certaine noblesse qui donnera l’impression à l’enfant de lire un truc de grand.

Finalement tout est dans le titre: Il y a bien un bébé, il y a bien des trains, il y  a bien une mère qui vient à la fin du récit et entre temps il y a bien une magnifique histoire d’amour entre un enfant qu’on voit grandir, alors que d’autre n’ont pas eu sa chance, et un viel homme que rien de prédisposait à l’amour.

Nous en revenons donc au début: Comment les lecteurs de 8 ans appréhendent-ils ce livre? La lecture de ce livre doit être accompagnée… ou pas?

————————————————————————————————–

File dans ton livre! lance un appel à témoins:

Connaissez-vous des enfants de 8 à 12 ans qui ont lu ce livre? Si oui, File dans ton livre! aimerait en connaître leurs réactions et leurs réflexions. Vos remarques feront l’objet d’un article que nous communiquerons à la maison d’édition et à la presse Jeunesse.Et si vous l’acceptez, File dans ton livre! se propose de filmer la réaction de ces jeunes lecteurs.

Répondez en écrivant un commentaire sur cet article (il ne sera pas publié)

————————————————————————————————–

Le bébé tombé du train ou quand l’amour d’une mère est plus fort que tout, Jo Hoestland, ill. Andrée Prigent. Oskar Jeunesse, coll. Trimestre, 2011. 42 pages.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :