Le Worldshaker, Richard Harland

21 Nov

A partir de 13 ans (ou 11 ans pour les gros mangeur de livres)

Dans exactement un mois, vous serez dans un état de stress avancé, les cervicales tendues et les mâchoires serrées. Aucune idée cadeau pour les pré-ados et ados? Ils ont déjà tout? Ce qu’ils n’ont certainement pas et qui fera un cadeau original c’est: un livre dédicacé d’un auteur australien. C’est pas la classe ça?

Courez vite samedi 26 novembre à la librairie Les Enfants sur le Toit, 22 rue Ramey, 75018 PARIS.

Richard Harland y dédicacera ses deux ouvrages traduits en France à partir de 15h.

Il y a aura même une lecture (in French) à plusieurs voix et ceux qui veulent se prêter au jeu sont les bienvenus.

File dans ton livre! y sera et a donc lu Le Worldshaker

Col a 16 ans et vit depuis toujours dans le Worldshaker. C’est le nom de ce gigantesque navire-monde inventé par l’auteur. Col n’est pas n’importe qui. Col est le petit-fils du commandant du navire et il est destiné à lui succéder. Cependant, Col ne pourra pas se réjouir d’arriver à la tête d’une société en surface parfaite. C’est la rencontre fortuite de Riff, une jeune fille de son âge qui va bouleverser la vie de Col. Riff appartient à la caste de «immondes». Elle vient du fin fond des câles du navire et elle révelera à Col la dure vérité sur cette machinerie apparemment si bien huilée.

Pour ceux qui aiment classer leurs livres par genre, celui-ci sera dans la catégorie «steampunk». C’est le nom donné aux oeuvres futuristes dont toute l’esthétique est victorienne. Le worldshaker anticipe un monde qui ne vit plus sur la terre ferme mais dans lequel vous ne verrez pas l’ombre d’un ordinateur. En revanche vous y rencontrerez une reine Victoria III, des dames de la haute qui joue au whist et des hommes qui portent des favoris. Les scènes d’action donnent l’impression d’un jeu video de plate-forme mais les héros courent dans un dédale d’engrenages qui fonctionnent au charbon et à la vapeur.

Ce joyeux mélange Sonic-Jules Verne fait le charme du roman.

La psychologie des personnages n’est pas négligée et les premiers émois amoureux que découvrent le jeune héros sont touchants. Les personnages secondaires sont aussi bien dépeints que le décor général, avec une mention particulière pour le professeur de lycée Mister Gibbon qui a la loufoquerie d’un personnage des Monty Python.

Jeunes lecteurs, ne vous découragez pas devant le nombre de pages. Ce roman se lit facilement.

Le Worlshaker, Richard Harland. Editions HELIUM, 2010. 

368 pages

Publicités

2 Réponses to “Le Worldshaker, Richard Harland”

  1. Audrey ML 21 novembre 2011 à 2:43 #

    Super ! Merci pour le tuyau ! Je file le noter dans mon agenda 🙂

Trackbacks/Pingbacks

  1. Interview de Richard HARLAND « File dans ton livre ! - 29 novembre 2011

    […] de nombreux romans, mes questions ont été orientées sur ses 2 romans traduits en français: Le Worldshaker et Le Liberator, Editions […]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :